6 conseils pour que mon enfant écoute plus

petite fille qui écoute

Une fois qu’il a acquis la capacité de langage et s’exprime quasiment comme un adulte, nous souhaitons que notre enfant écoute aussi facilement que le ferait un adulte. En fait, nous nous imaginons que ce qui se passe dans sa tête ressemble à ce qui se passe dans la nôtre. Or, ce n’est souvent pas le cas. En tant que parents, nous nous devons de comprendre les façons de penser de notre enfant, pour ne pas toujours interpréter son manque de collaboration comme une provocation. Son but n’est pas de nous rendre fous! Il ne s’agit parfois que d’un simple problème de communication et de compréhension.

Il est facile de voir que les capacités physiques d’un enfant sont différentes de celles d’un adulte. On ne s’attend pas à ce qu’un enfant de trois ans roule à vélo ou que celui de sept ans fasse le parcours accrobranche d’un adulte. Il est plus difficile de discerner les capacités intellectuelles. Nous avons souvent l’impression qu’une fois que l’enfant commence à parler en phrases complètes, les mots veulent dire la même chose pour lui que pour nous. En fait, son manque d’information et d’expérience, ainsi que son cerveau au fonctionnement immature, font qu’il est impossible pour un enfant de penser comme un adulte.

Il y existe néanmoins plusieurs moyens de tenir compte des capacités intellectuelles de votre enfant tout en l’aidant à apprendre et à suivre les règles. 

Voici 6 conseils pour que votre enfant écoute : 

  • Attirez son attention
    La plupart des enfants sont facilement distraits. Le cerveau met du temps à apprendre à se concentrer sur une seule chose. Aidez votre enfant à vous prêter attention en vous mettant à son niveau et en établissant le contact visuel. 
  • Utilisez la forme affirmative
    Pendant longtemps, il est difficile pour les enfants de comprendre les règles exprimées au négatif. Quand vous dîtes : «Ne crie pas comme ça! », votre enfant n’entend que «crie!» Vos attentes sont plus claires quand vous dites : «Parle-moi d’une voix douce.» 
  • Soyez précis
    Si vous voulez que votre enfant suive vos instructions, soyez précis. Vous savez ce que veut dire, « Range tes vêtements », mais votre enfant a besoin d’entendre : « Plie ton pantalon et met-les dans le tiroir du haut. Accroche ta chemise sur le cintre dans ton armoire. » Vous aurez à répéter souvent ces instructions avant que votre enfant ne comprenne tout ce que vous voulez dire par « ranger ». Il va de même à chaque fois que votre enfant prend en charge une nouvelle tâche. Si vous demandez à votre enfant plus âgé de passer l’aspirateur dans le salon, ne soyez pas surpris s’il ne range pas l’aspirateur. Vous ne l’avez pas dit! Pour vous, c’est évident, mais lui, il apprend encore. Il ne faut pas prendre pour acquis qu’il sait ce que vous savez.
  •  Restez simple
    Écouter et suivre les directives demande de la concentration. En général, les enfants trouvent ça difficile de retenir plus de trois instructions à la fois. Vous pouvez tenter : «Monte dans ta chambre, cherche ton sweat-shirt et apporte-le-moi dans la cuisine ». En revanche, vous risquez d’être déçu si vous ajoutez des étapes ou des demandes plus complexes. Si vous souhaitez que votre enfant exécute un ensemble de tâches, comme une routine matinale quotidienne, aidez-le à faire une affiche avec une image pour chaque étape, en guise de rappel. 
  • Évitez le « Pourquoi? »
    Avant l’âge de six ou sept ans, les enfants éprouvent de la difficulté à penser à leurs actes. Ils ont des raisons d’agir, mais ils ne peuvent pas réfléchir à ces raisons. Quand vous demandez : « Pourquoi as-tu laissé tes jouets sur ma chaise? » la question ne leur signifie pas grand-chose et ne leur permet surtout pas de savoir ce qu’il vaut mieux faire la prochaine fois. Il serait plus utile de dire : «Je veux m’asseoir sur ma chaise, pas sur tes jouets. Comment pouvons-nous t’aider à ranger tes jouets à leur place?» 
  • Considérez leur point de vue
    Le monde des enfants est fermement centré sur eux-mêmes. Vous pouvez commencer à enseigner l’empathie en parlant des sentiments des autres, mais avant l’âge de sept ans, la plupart des enfants ne sont pas vraiment capables d’imaginer le point de vue des autres. Avant cet âge, il est difficile pour eux de comprendre que les autres personnes voient les choses différemment et ont des sentiments différents des leurs. S’ils sont égocentriques, ce n’est pas parce qu’ils sont ingrats ou sans considération. Ils ne font qu’agir selon leur âge intellectuel.

Grandir, ça prend du temps
Heureusement, les compétences des enfants progressent au cours de leur développement intellectuel. Ils apprennent à prêter attention, à se souvenir des routines, à comprendre leurs propres motivations et à ressentir de l’empathie pour d’autres. Mais ce processus prend du temps. Les études récentes démontrent que la capacité du cerveau à prendre des décisions complexes n’atteint pas sa pleine maturité avant la fin de l’adolescence ou le début de la vingtaine. Entre temps, les parents ont besoin de se munir de patience et de compréhension pour guider leurs enfants à penser comme des adultes.

 

A vous, dites-moi quel est le conseil qui vous paraît le plus important parmi les 6 cités ci-dessus.

Flèche parents enfants

2 commentaires

  • Bonjour Blandine,

    Je trouve extrêmement important le premier conseil, se mettre à la hauteur de l’enfant, s’agenouiller ou s’asseoir, ou s’accroupir. C’est la bonne attitude physique qui va aller avec les bons mots et le bon discours.
    Le non verbal c’est aussi important parfois que le verbal.

    Pierre, Jeune Papa de 2 grandes filles adoptées

    • Blandine Gatel

      En effet Pierre, les enfants sont avant tout perceptifs aux messages non verbaux. Les mots que l’on dit n’ont que très peu d’importance comparés à notre attitude physique et au ton que l’on emploie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *