Piochez les 3 mots qui vont vous guider cette année

maman qui écoute ses besoins fondamentaux

Etre à l’écoute de ses besoins fondamentaux

Cet article participe au carnaval d’articles du groupe de blogueurs « Forme Vitalité Bien-être ». Tous les mois, chaque blogueur publie un article sur un thème commun. Ce mois-ci, le thème retenu est « Démarrez l’année en beauté », proposé par Marie-Pierre du blog Se former à la divination, qui ouvre le bal avec son article « Six clés pour tenir ses bonnes résolutions« .

J’ai décidé de commencer l’année par un des piliers des bonnes relations en famille. Il ne s’agit pas d’échanges, de paroles, ni communication non verbale. Il ne s’agit pas non plus d’organisation, ni respect des règles de la maison. Non plus d’écoute inconditionnelle de l’autre.

Tous ces aspects sont essentiels il est vrai et c’est bien ce que je tente de transmettre à travers mes articles, mais ce dont je voudrais vous parler aujourd’hui c’est de besoins.

Comme nous l’avons déjà vu dans un précédent article, nos mal-être ou nos colères sont souvent issus d’un besoin non satisfait. Voir « Vrai/Faux: 7 idées reçues sur les colères de parents »

Ne pas être à l’écoute de ses besoins est aussi dangereux que de ne pas être à l’écoute des autres pour les relations humaines. Or c’est souvent la grande erreur que commettent les adultes en devenant parents : ne plus être à l’écoute de leurs propres besoins.

Pour vous faire commencer l’année sur de bonnes bases, je me suis inspirée d’un atelier « parentalité » auquel j’ai participé il y a quelques semaines pour vous suggérer un petit exercice pratique. L’atelier en question était animé par la coach familiale québécoise Mitsiko MILLER et nous y avons expérimenté un certain nombre d’exercices pour favoriser l’harmonie familiale. 

Je vous propose aujourd’hui de vous reconnecter à ce qui est important pour vous en cherchant les trois besoins que vous ressentez et qui ne sont pas satisfaits.

Regardez cette liste, vos 3 besoins fondamentaux s’y trouvent.

liste des besoins fondamentaux

Imprimez cette feuille et entourez-y, spontanément 3 besoins non satisfaits aujourd’hui mais essentiels pour vous.

Ces 3 mots sont ceux auxquels vous devez consacrer toute votre attention cette année.

Visualisez-les : cherchez une image pour illustrer chacun de ces besoins. Vous pouvez facilement faire une recherche avec Google image. Choisissez les images qui vous parlent le plus et imprimez-les pour chacun de ces trois besoins. Ensuite prenez-en soin et regardez-les tous les jours.

Vous pouvez ponctuellement refaire cet exercice chaque fois que vous sentez de l’agressivité monter en vous.

En prenant ainsi mieux conscience de vos besoins, vous vous mettez en de meilleures dispositions pour vivre sereinement avec votre entourage et mieux supporter les frustrations de vos enfants par exemple. Ce n’est pas à votre entourage de deviner ce qui est important pour vous mais à vous d’en être à l’écoute.

Dites-moi en commentaire les 3 mots que vous avez choisis.

Je commence : MOUVEMENT, DIVERSITE, CONTACT

Recherches utilisées pour trouver cet article grille mots a deviner

19 commentaires

  • Liberté, jouer, repos
    🙂

  • syrille

    repos-intégration-contact

  • Cousin

    Espace, Repos et Authenticité.

  • Olives

    Apprendre sécurité physique respect

  • Célébration, spiritualité, liberté

  • Merci Blandine.
    Mes 3 besoins prioritaires en 2016 : Joie – Soutien – Clarté
    Je n’ai pas mu m’organiser pour venir sur Bordeaux pour les ateliers de Mitsiko Miller, mais elle doit revenir en France à l’automne 🙂
    Carole.

  • J’avoue que je n’arrive pas à répondre car, en effet, mes besoins non satisfaits pour de bonnes relations avec ma famille ne seront pas les mêmes s’ils concernent mon père, mon époux et même avec l’un ou l’autre de mes enfants. Mais peut-être, n’ai je pas compris l’exercice ?

    • Bonjour Jocelyne, merci pour ta question qui me permet en effet de clarifier l’exercice.
      Le principe est que si nos besoins essentiels ne sont pas comblés, cela peut avoir des répercutions sur nos relations dans le sens où si on ressent un manque quelque part, on peut avoir un jugement qui manque d’objectivité et agir envers les autres (ici, nos enfants) de façon injuste.
      On a tendance alors à reprocher aux autres ces besoins non comblés alors que ce n’est pas forcément quelque chose d’évident pour eux puisqu’ils ne ressentent pas les mêmes besoins.
      C’est donc à nous de trouver comment satisfaire ces besoins sans rien attendre des autres, sans leur mettre cette responsabilité sur le dos. Bien sûr rien n’empêche d’exprimer à l’entourage ce qui est important pour soi: « En ce moment j’ai vraiment besoin de repos ». Mais il ne faut pas s’attendre à ce que toute la petite famille se mette à agir pour satisfaire ce besoin. A nous alors de prendre les choses en mains: « Si je continue à être fatiguée comme ça je sens que je ne vais plus être très agréable et que je serai moins disposée à partager des bons moments. Alors je vous propose cette répartition de tâches pour cette semaine… ».
      Pour être plus complète, je vais vous parler de la suite de cet exercice dans l’atelier auquel j’ai participé.

      Après qu’on ait chacun choisi ses 3 besoins, Mitsiko Miller nous a regroupé par deux. Chacun à notre tour nous devions remercier et féliciter l’autre pour la maman (ou le papa) qu’il était, pendant 2 minutes. Deux minutes, c’est long, il fallait vraiment détailler pourquoi.
      Après ça , nous devions chacun dire comment nous nous sentions; puis revoir la liste des besoins et re-choisir 3 besoins identiques ou non aux précédents. Et là c’était vraiment stupéfiant, les mots qui sautaient aux yeux étaient totalement différents des précédents.
      Pourtant aucun besoin n’avait été comblé par un membre de notre famille. L’aide était venue de l’extérieur.

      Il faut donc bien faire la distinction entre ce qu’on attend de ses enfants et ses propres besoins. Ca permet de prendre l’entière responsabilité de ce qui est important pour soi et d’agir en conséquence. Et alors, quelle joie de se dire que le pouvoir est entre nos mains. 😉

      • Bonjour Jocelyne,

        Merci Blandine pour ces précisions. Si j’ai bien compris, même si le pouvoir est entre nos mains, nous pouvons proposer à chaque membre de notre entourage, une manière de respecter notre besoin ?

        • Oui Carole, tu peux mettre en place des actions qui vont te permettre de satisfaire tes besoins, avec ton entourage. Si ça n’est pas respecté, il faut continuer à chercher d’autres moyens. Et si les besoins ne peuvent absolument pas être satisfaits dans le cadre familial, il faut avoir le courage de faire des breaks, quitte à ne plus s’occuper des autres pendant un temps pour prendre soin de soi ailleurs.

  • Bonjour Blandine, c’est un super exercice en ce début d’année. Ca m’a fait penser à ce que j’ai fait sur le sujet il y a quelques mois grâce à un outil en ligne qui aidait à les prioriser les uns par rapport aux autres. Du coup, j’ai repris mes notes avec plaisir: ce sont bien ceux-là, toujours les mêmes (mais je les garde pour moi, c’est perso, nah), et je pars sereine sur de bonnes bases pour la nouvelle année! Pour info le site était the passion test.

  • Sexualité, liberté, confiance… j’ai laissé mes yeux attraper les mots au « hasard ».

  • Pingback: Les 3 ingrédients indispensables à une bonne organisation (et que tout le monde oublie)

  • Cécilia

    Joie – Interdépendance – Indépendance
    J’ai cherché le mot Partage, il n’y est pas, et finalement l’Interdépendance inclut le partage et y amène une dimension encore plus profonde… Merci pour cette petite lumière !
    Un peu troublant aussi de retrouver côte à côte Interdépendance et Dépendance, et intéressant d’y mettre de la conscience car ce sont deux choses qui ne sont absolument pas contradictoires.

  • Contribution – Diversité – Bien être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *