Sophie la girafe répond aux rumeurs !

1405
Partager :

Depuis 60 ans, Sophie la girafe est le jouet qui accompagne le quotidien de millions de bébés. Aujourd’hui, cette popularité est remise en question par des affirmations qui prétendent que cette jolie girafe pourrait présenter un risque aux yeux de nos chers bambins. Qu’en est-il exactement ? Sophie la girafe présente-t-elle un quelconque danger ? On vous dit tout.

L’histoire d’une polémique

Les allégations de danger potentiel que représenterait Sophie la girafe pour nos enfants ont commencé en 2011, suite à un article de presse paru sur internet. Celui-ci affirmait que Sophie la girafe présentait des risques de toxicité, suivi d’un autre, affirmant qu’elle contenait des moisissures. Des mamans, inquiètes pour la santé de leurs enfants, ont mené leur enquête pour tout savoir sur ce jouet. Les résultats contredisent ces affirmations, qui par ailleurs, apparaissent sans fondement.

Lire également : Anniversaire : comment le fêter dignement ?

Ce témoignage n’est pas isolé, comme vous pouvez le constater si vous souhaitez obtenir des informations ici.

sophie la girafe moisissure

A voir aussi : Rentrée 2022 - 2023 : où trouver des fournitures pas chères

Pourquoi Sophie la girafe est-elle un des jouets les plus populaires au monde ?

Depuis le 25 mai 1961 et le début de sa production, le succès du jouet Sophie la girafe ne se dément pas. Ce n’est pas un hasard si à ce jour plus de 50 millions de jouets Sophie la girafe se sont vendus dans le monde entier, faisant de lui l’un des plus populaires de la planète. Présente dans 85 pays, Sophie la girafe est en passe de conquérir le marché chinois. Les raisons de ce succès sont pourtant simples. Son créateur, Monsieur Rampeau, souhaitait créer un animal exotique qui sorte des standards de l’époque et qui serait adapté en taille à la morphologie des bébés. Ce visionnaire avait tout compris et c’est ainsi que le début de l’aventure de notre gentille girafe a commencé.

sophie la girafe moisissures

Les raisons du succès du jouet Sophie la girafe s’expliquent par :

  • L’universalité de Sophie la girafe : Il n’existe pas de recette au succès dans la durée si ce n’est de plaire au plus grand nombre. Quel que soit notre âge, Sophie la girafe sait nous séduire. Elle ravit depuis 60 ans petits et grands.
  • Un jouet favorisant l’éveil des sens : Sophie la girafe, en plus de plaire au plus grand nombre, est un formidable jouet d’éveil pour les bébés qui développe tous leurs sens.

    1. Le toucher : Toujours au côté du bébé qui le manipule, le jouet Sophie la girafe peut être secoué dans tous les sens pour favoriser la coordination des mouvements de l’enfant.
    2. La vue : Il faut savoir qu’un bébé en bas âge ne fait que distinguer les formes. Pour lui, les tâches présentes sur la girafe sont identifiables et le rassurent.
    3. L’ouïe : Lorsque le bébé appuie sur Sophie la girafe, un bruit s’en échappe qui sollicite son ouïe.
    4. L’odorat : La girafe Sophie possède cette agréable odeur qui la caractérise. Le bébé la reconnaît entre mille. Cette odeur lui apporte un réconfort olfactif.
    5. Le goût : Outre la découverte du goût de ce jouet, Sophie la girafe a pour vocation de permettre aux enfants qui la mâchouillent de se soulager quand des douleurs liées aux poussées dentaires apparaissent et lui sont difficilement supportables.

Les critiques envers Sophie la girafe ont-elles un fondement scientifique ?

Depuis quelques années, certains parents et spécialistes de la petite enfance s’inquiètent des risques d’étouffement pour les bébés que pourrait représenter Sophie la girafe. Plus récemment, ce sont les résultats d’une enquête menée par le magazine ’60 Millions de consommateurs’ qui ont fait grand bruit. Cette étude a mis en évidence la présence potentielle de moisissures à l’intérieur du jouet en caoutchouc naturel.

Mais ces critiques envers Sophie la girafe ont-elles un fondement scientifique ?

Concernant le risque d’étouffement, il faut rappeler que tout objet mal utilisé peut être dangereux pour un enfant en bas âge et qu’il faut choisir des jouets adaptés.

Quant à la question des moisissures détectées dans certains exemplaires du jouet Sophie la girafe lors de l’enquête menée par ’60 Millions de consommateurs’, elle doit être relativisée. Car sur les 12 modèles testés, seuls 4 présentaient effectivement des traces suspectes de moisissures. Mais surtout, il faut bien comprendre comment fonctionne cette matière naturelle qu’est le caoutchouc : celui-ci peut naturellement développer une fine couche blanche appelée bloom (sans danger pour l’organisme) et qui peut s’expliquer par les conditions de stockage du produit. C’est pourquoi il faut rappeler que tous les produits commercialisés doivent répondre à des normes européennes strictes quant à leur composition et leur sécurité, et que Sophie la girafe ne fait pas exception à cette règle.

Comment Vulli, l’entreprise française derrière Sophie la girafe, gère-t-elle les attaques médiatiques ?

Depuis la création de Sophie la girafe en 1961, l’entreprise française Vulli a su faire face à de nombreuses critiques et attaques médiatiques. Effectivement, le succès du jouet auprès des parents et des bébés en fait une cible privilégiée pour les journalistes en quête de scandales.

Pour répondre aux différentes rumeurs qui circulent sur le jouet en caoutchouc naturel, Vulli a choisi d’être transparente avec ses clients. L’entreprise communique régulièrement sur les tests réalisés sur chaque produit avant leur mise en vente, ainsi que sur leurs conditions de fabrication.

L’entreprise a mis en place un service client réactif qui assure une écoute attentive aux retours des clients. Si ces derniers constatent un problème quelconque avec leur Sophie la girafe, ils peuvent contacter directement le service clientèle pour obtenir une réponse rapide.

Face aux récents dysfonctionnements relevés par ’60 millions de consommateurs’, Vulli s’est engagée à renforcer son contrôle qualité interne et à améliorer les processus garantissant la sécurité et l’hygiène du jouet avant sa mise sur le marché.

Malgré toutes ces assurances fournies par Vulli quant à la qualité et à la sécurité du célèbre jouet Sophie la girafe, certains parents continuent d’émettre des inquiétudes quant au risque potentiel d’étouffement ou encore concernant les moisissures éventuellement présentes dans certains produits vendus. Toutefois, il faut rappeler que le risque zéro n’existe pas et qu’il appartient à chaque parent d’être vigilant quant à l’utilisation des jouets proposés à leurs enfants.

Partager :