Communiquer sans parler

mains qui communiquent en montrant un smiley souriant

« Communiquer sans parler » est le thème sur lequel nous avons décidé de plancher ce mois-ci. Vous trouverez dans cette page les résumés et les liens des contributions des blogueurs qui ont participé à ce thème dans le cadre du laboratoire d’idées : « Vers un monde meilleur ». Cette publication fait suite à mon article « Somatisations, ce que les maladies de nos enfants nous révèlent »

Des bébés pour enseigner l’empathie

Pour ce thème « Communiquer sans parler », Céline du blog « Apprendre en s’amusant » a choisi de nous faire découvrir un programme surprenant mis au point par une canadienne, Mary Gordon : « Les racines de l’empathie » à travers son article « Des bébés pour enseigner l’empathie »

Ce programme existe depuis 1995 et est déployé dans de nombreux pays.

L’idée consiste sur plusieurs séances, à faire entrer des bébés dans les écoles, particulièrement dans des écoles dites « difficiles ». A leur contact, l’attitude des enfants change. Sans les mots du bébé, les enfants sont amenés à se poser des questions sur ses émotions, ce qu’il ressent. Ils développent leur capacité à ressentir ce qu’il ressent. Ils développent leur empathie.

Après plusieurs séances, les enseignants remarquent que l’empathie se généralise au reste de la classe et les élèves deviennent plus ouverts et moins agressifs les uns envers les autres.

Céline nous fait partager sa propre expérience puisqu’elle a eu l’occasion de participer à une séance issue de ce programme dans une classe de maternelle de Living school. Au centre de toutes les attentions, le bébé a provoqué une atmosphère calme, joyeuse et bienveillante.

La communication animale non verbale par le toucher et les sens

Dans son article « La communication animale non verbale par le toucher et les sens« , Virginie du blog « Soins et toucher » nous apprend à communiquer avec les animaux par le toucher. Elle nous explique que la communication avec les animaux ne s’opère pas seulement à travers les postures du corps mais aussi à travers le toucher et les sensations tactiles, c’est-à-dire la texture même de leur peau, leur densité, leur température. Avec un peu d’entrainement on y devient de plus en plus sensible.

On peut aussi écouter l’animal avec son cœur, sans jugement. Et dans ce lâcher-prise la rencontre avec lui devient plus fine, nous permettant d’accéder à des informations plus subtiles.

On découvre aussi que le cerveau animal fonctionne en mode Alpha quand le nôtre fonctionne en mode Beta. Mais on y apprend aussi comment passer en mode d’ondes d’Alpha pour avoir une meilleure connexion avec l’animal et se synchroniser avec lui.

Ce que dit votre façon de ranger (ou pas) votre maison

Maïlys du blog « Optimise mon espace«  nous parle de communication et de rangement dans son article : « Ce que dit votre façon de ranger (ou pas) votre maison ».

Maïlys nous fait part de son ressenti à propos de la façon dont les membres de la famille rangent leurs affaires. Elle nous raconte comment elle s’est d’abord sentie non-entendue quand elle voyait que son mari et ses enfants ne rangeaient pas comme elle. Puis a pris le parti d’observer le fonctionnement de tout le monde dans l’habitation pour adapter l’espace aux besoins de chacun :

Construire un bureau-secrétaire qui peut se fermer pour cacher les papiers en désordre, organiser les tiroirs du bureau par la fonction des objets qui s’y trouve : « Ce qui coupe, ce qui colle… ». Construire une kitchenette à sa fille pour qu’elle puisse avoir sa dinette à disposition.

On observe aussi dans cet article que la question du « Qui fait quoi ? » est incontournable en matière de rangement. C’est là aussi que doit intervenir une bonne écoute et une bonne communication. Dans les tâches ménagères, il y a des postes qui nous déplaisent moins que d’autres, on peut donc se les répartir par affinité.

Enfin, quand on vise une maison mieux rangée, souvent le plus dur est de commencer. En commençant par agir soi-même, on y trouve plus de sérénité et on contamine petit à petit les autres membres de la famille qui en viennent à nous imiter sans s’en apercevoir.

6 secrets d’experts pour (enfin!) décrypter un SMS d’ado

Magali du blog « Parents du 21ème siècle » nous révèle  « 6 secrets d’experts pour (enfin !) décrypter un SMS d’ado ».

L’article nous recommande tout d’abord de prêter de bonnes intentions à notre ado quand on reçoit un de ses SMS. Chaque SMS peut être interprété de façon négative ou positive. Un SMS qui nous semble lapidaire n’est peut-être juste qu’un « message raccourci ». En partant du principe que les intentions sont bonnes derrière, on évitera bien des embrouilles inutiles.

Ensuite parce que le message est justement hyper raccourci et qu’on n’a pas le contexte, il ne faut pas oublier que notre interprétation est biaisée. Elle dépend de notre état d’esprit au moment où on le reçoit.

Il faut être vigilent et cela, même si notre interlocuteur nous donne des informations factuelles : « cours de piano 19h15 ce soir » peut sous-entendre une information évidente pour lui qui ne l’est pas pour nous.

Pour cette raison, il ne faut pas hésiter à demander plus de précision à notre ado. « C’est-à-dire ? ».

Poser des questions peut aussi vous permettre de comprendre un peu mieux dans quel état d’esprit il est. Si vous percevez une émotion négative, il ne faut pas vous attendre à l’avoir parfaitement cernée : vous sentez peut-être de la tristesse à travers son message alors qu’il s’agit peut-être de colère ou de déception.

L’art du câlin

Dans son article « l’art du câlin », que vous pouvez retrouver sur son blog www.fortin-muet.fr, Edith nous explique ce qui se passe dans notre corps lorsque l’on fait un câlin. La sécrétion d’ocytocine va déclencher toute une série de conséquences: bien-être, facilité d’endormissement, confiance en soi etc…

La médecine en a bien conscience et favorise de plus en plus l’art du toucher entre les parents et leur bébé, avant et après la naissance par l’haptonomie et la méthode Kangourou.

Faire un câlin est aussi un excellent moyen de gérer les crises. Alors que s’énerver contre une personne en crise va nourrir son stress, un câlin, au contraire va lui permettre de se reconnecter aux fonctions de son cerveau qui lui permettent de revenir petit à petit au calme.

On n’a pas forcément besoin de se serrer dans les bras pour se câliner : on peut juste être en contact épaule contre épaule dans un canapé ou regarder chaleureusement quelqu’un en lui disant des yeux : « tu es important pour moi ».dessin de 2 personnes enlacées et évoquant le pouvoir des calins

Communiquer avec votre ado: ce qui n’est pas dit

A travers son article « Communiquer avec votre ado : ce qui n’est pas dit », Carole du blog « Adolescence Positive«  met l’accent sur le fait que les modes de communication changent à l’adolescence mais, au fond, les messages sont toujours exprimés.

Morceaux choisis :

  • Votre ado grogne (décodage : votre ado ne trouve pas les mots pour dire ce qu’il a à dire, ou il n’a rien à dire).
  • Votre ado lève les yeux au ciel ou vous regarde de travers (décodage : vous avez osé exercer votre fonction éducative parentale).
  • Votre ado a toujours sa capuche sur la tête (décodage : c’est sa manière de s’isoler dans son monde).
  • Votre ado vous cherche du regard dans les repas de famille interminables (décodage : votre ado voudrait tellement être ailleurs).
  • Votre ado balance son sac à dos et son blouson au milieu de l’entrée (décodage : votre ado est pressé d’en finir avec sa journée de cours).

Nous aussi, nous nous adaptons à ce mode de communication par exemple en manifestant notre disponibilité par notre présence, sans rien dire, ou en laissant trainer des objets ou des post-it pour leur signifier nos intentions.

Décodez le langage non verbal de votre conjoint(e), de vos enfants et des autres

Dans leur blog « Les parents positifs« , Dominique et François-Xavier nous dévoilent tout sur la communication non-verbale, avec leur article « Devenez aussi fort qu’un agent du FBI pour décoder le langage non verbal de votre conjoint(e), de vos enfants et des autres ! »

Ils nous dévoilent que :

55 % du message provient du langage corporel

38 % du ton de la voix

7 % seulement des mots prononcés

Ils nous invitent donc à observer les gestes de nos interlocuteurs pour en décoder le sens :

Par exemple lorsque quelqu’un à qui l’on parle et qui se trouve en face de nous, a un pied qui part vers l’extérieur, cela signifie qu’il n’est pas à 100% dans notre conversation et qu’il s’apprête à écourter l’entrevue.

On apprend aussi à décoder ce mouvement de notre enfant assis sur le canapé qui saisit un coussin et le place devant son ventre : il s’en sert de bouclier car il n’est pas à l’aise ou se sent menacé.

Les yeux aussi révèlent les sentiments vécus par leur propriétaire. Comme il s’agit du principal moyen par lequel nous recevons des informations, nous déclenchons souvent un blocage des yeux sans même en avoir conscience, comme une sorte de mécanisme de survie.

 

J’espère que, comme moi, vous aurez autant de plaisir à lire ces articles que j’ai trouvés tous, vraiment intéressants. N’hésitez pas à aller les lire en détail et les commenter!

 

Crédit photo: Gratisography

Crédit image « câlins »: inconnu; merci de me l’indiquer si vous connaissez son auteur

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *