Vrai/Faux: 7 idées reçues sur les colères de parents

pere en colere

Il y a des sujets plus faciles à aborder que d’autres. Pour moi, celui des «  colères de parents » ne fait pas partie des plus simples. En choisissant ce thème d’article ce matin, je ne m’attendais pas à avoir autant de mal à faire le tour de la question, compte tenu des ressources que j’avais rassemblées sur le sujet. Et pour cause, je n’ai pas fait le tour de la question parce que mes colères envers mes enfants me paraissent un problème non résolu. Je me dis que si j’ai tant buté sur le thème aujourd’hui c’est qu’il s’agit d’un domaine que je dois continuer à creuser. Et j’espère bien m’y atteler et vous aider ainsi à avancer avec moi.

Ce dont je me rends compte d’ores et déjà, c’est qu’avoir des enfants c’est prendre le risque d’être bousculé. On n’imagine pas à quel point la présence de nos enfants va ébranler notre pensée, et c’est bien ce qui va parfois déclencher notre colère.

Les colères envers nos enfants sont le signe que leur présence nous bouscule et fait rejaillir de vieilles émotions

Ils vont susciter chez nous des conflits inévitables et faire rejaillir ainsi ce que nous avons ressenti à l’égard de nos propres parents. Ils vont nous pousser à nous interroger sur le petit enfant que nous avons été, et à ne plus mettre indéfiniment de côté ce qui n’est pas réglé dans notre histoire.

Se sentir dérangé ou envahi par son enfant, c’est, en fait, être submergé par les vieux fantômes qu’il vient réveiller par sa présence. C’est ainsi que nos réactions ne sont pas toujours les plus adaptées car elles sont chargées de notre histoire, nos colères inexprimées, notre amour-propre blessé ou nos frustrations enfouies.

Gérer ses colères de parent, c’est d’abord les accepter avec gratitude

Dans ce contexte, gérer ses colères de parent c’est d’abord les accepter avec gratitude ; c’est se dire « je suis en colère, merci ; cette colère a quelque chose à me dire, alors je l’accepte. ». Choisir de la repousser, revient à nier que l’on ressent une insatisfaction et ne nous aidera pas à agir pour nous sentir mieux. Pour y voir plus clair, voici 7 idées reçues confirmées ou démenties au sujet des colères de parents.

maman en colereVrai/ Faux :

7 idées reçues sur les colères de parents

 

1. Ce sont les enfants qui nous mettent en colère

FAUX  La colère est une émotion qui traduit l’insatisfaction. Elle est vécue à l’égard de ce qu’on identifie comme étant « responsable » de notre frustration. On éprouve donc de la colère envers « l’obstacle » à notre satisfaction. On en veut « à » de nous « faire vivre » telle chose. Mais Penser que « c’est la faute des autres » est le meilleur moyen de se déresponsabiliser et d’éviter de résoudre son propre problème d’insatisfaction.

 

2. La colère cache un sentiment plus profond du parent

VRAI  La colère surgit lorsque l’équilibre est rompu dans un aspect de notre vie. Le déséquilibre prend la forme générale d’une insatisfaction. Celle-ci peut signifier qu’un besoin est insatisfait, qu’un désir n’est pas comblé, qu’une attente est sans réponse ou peut-être même qu’un caprice n’est pas satisfait.

 

3. La colère est une émotion négative

FAUX  Il n’existe pas d’émotion négative ; on peut plutôt parler d’émotion déplaisante. Chaque émotion est saine car elle est là pour signifier quelque chose. Mais la façon dont on la vit peut parfois engendrer des problèmes. Le tout est d’utiliser la colère comme une énergie utile pour vaincre un obstacle, plutôt que de la manifester par un manque de maîtrise.

 

4. Crier un bon coup va résoudre le problème

VRAI et FAUX  Disons qu’une colère exprimée est préférable à celle qui est réprimée. En revanche tout consiste à ne pas exprimer sa colère sur l’autre, en l’occurrence sur les enfants. Exprimer sa colère et la montrer ne veut pas dire se fâcher contre l’autre. Il est possible d’exprimer une colère sans agressivité envers quelqu’un. Si on ressent le besoin de crier, on peut aller dans une pièce à côté ou hurler dans un oreiller.

 

5. La colère, c’est bruyant.

FAUX  La colère est une émotion que l’on ressent. Il ne faut pas la confondre avec sa manifestation comme le comportement colérique. Une colère peut être très aigüe et rester enfouie. Elle peut aussi être exprimée sous forme d’irritabilité, d’exaspération ou de mécontentement.

 

6. La colère est « mauvaise conseillère »

FAUX   C’est plutôt le fait de reporter la responsabilité de nos insatisfactions sur les autres qui est une erreur. La colère est une amie. Si elle se manifeste, c’est qu’elle a quelque chose à nous dire. Il est temps de l’écouter. Si je ne prends pas la peine de la ressentir et de comprendre « comment et combien » je suis affecté, je ne pourrai pas trouver une façon d’agir pour traiter l’insatisfaction que je ressens.

 

7. Canaliser sa colère ne veut pas dire la faire taire

VRAI  C’est justement parce qu’on va l’écouter que l’on va pouvoir la canaliser et la transformer en énergie par différents moyens : sport, yoga, autosuggestion, visualisation, art.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez lire cet article de Mamanzen: 4 étapes pour gérer la colère

 

3 commentaires

  • Pingback: Piochez les 3 mots qui vont vous guider cette année

  • Quand est sur un chemin spirituel ou de développement personnel, on a parfois tendance à ne pas vouloir vivre ses émotions dites négatives. Ça a été mon cas, je culpabilisais et j’intériorisais certaines émotions car j’étais « censée » ne vivre que du positif avec ce que j’avais appris.
    Plusieurs écrits me sont apparus récemment où vivre sa colère était nécessaire pour se sentir vivant (par rapport au sentiment d’impuissance) et aussi se faire respecter (exprimer qui on est vraiment et ce que l’on veut). Cela confirme bien ce que tu dis.

    • Oui. Quand on arrive à comprendre que la colère n’est pas forcément un réaction dirigée contre quelqu’un mais bien un état interne qui nous remue, on arrive plus facilement à l’accepter et à l’écouter.
      Alors on comprend mieux que la colère n’est pas une émotion négative, mais simplement une émotion désagréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *