Une journée en plein air avec papi et mamie

un pont en plein air parc Jean-Jacques Rousseau

Cet article participe au carnaval d’articles du groupe de blogueurs « Forme vitalité Bien-être ». Tous les mois, chaque blogueur publie un article sur un thème commun. Pour décembre, le thème retenu est « la Nature », proposé par Guillaume du blog « Santé des enfants et environnement » qui ouvre le bal avec son article «Un moyen simple pour susciter l’émerveillement chez un enfant ».

Quelle excellente occasion que ce thème de la nature pour élargir un peu le sujet des relations parents/enfants à celui tout aussi fondamental des relations enfants/ grands-parents et enfants/nature!

la carte du parc Jean-Jacques RousseauCet article est une carte postale, celle du souvenir d’une sortie en famille à l’initiative de mes parents, amoureux de la nature et des arbres. Ils avaient voulu transmettre à leurs petits-enfants leur goût du plein air et de la botanique au travers d’un parcours dans le  parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville, dans l’Oise.

 

 

observation d'une feuille

Le Parc Jean-Jacques Rousseau est l’un des premiers jardins paysagers et des plus beaux exemples de parc à fabriques du XVIIIe siècle en France. Il propose de nombreux ateliers avec l’idée que l’expérimentation en plein air est le meilleur moyen de connaître la nature.

 

 

 

 

Un parcours ludique en pleine nature

C’est donc dans ce cadre que la bande de cousins s’est retrouvée, guidée par une animatrice passionnée qui allait leur proposer de réaliser un herbier.

photos parc JJ Rousseauparcours ludique en plein air

 

Le parcours a commencé par l’observation d’une feuille. Notre guide a demandé aux enfants de la décrire puis de la dessiner en écrivant le nom de l’arbre correspondant à côté de chaque dessin.

 

dessin de feuille au parc Jean-Jacques Rousseau plein air 9plein air 6

Appuyés à un arbre, assis dans l’herbe, voilà nos explorateurs de la nature, concentrés à leur tâche dans ce qui ressemblait à une classe en plein air entre cousins.

 

Le petit groupe a poursuivi sa promenade, allant d’arbre en arbre en observant leur tronc, leur écorce, leur forme et puis bien sûr leurs feuilles.

observation des arbres

 

plein air 12

Les enfants avaient un sac dans lequel ils pouvaient récolter une feuille de chaque arbre. Ils ont pu ainsi poursuivre à la maison l’herbier commencé sur place.

plein air 16

 Des souvenirs ancrés

Cinq ans après, les souvenirs de cette sortie restent très présents pour chacun des enfants.

Et s’ils restent aussi ancrés, c’est que ce moment, en plus d’être partagé en famille, a fait appel à quatre de nos cinq sens :

  • enfants observant une feuilleLa vue

Le regard pouvait aussi bien se focaliser, très près, sur l’observation d’une feuille que se perdre au loin, jusqu’à l’autre bout du parc, ou jusqu’à la cime d’un peuplier.

  • Le toucher

Les enfants étaient invités à toucher les écorces, caresser les feuilles

  • L’ouïeenfants marchant dans le parc

La taille conséquente du parc nous a permis de profiter d’un parcours dans un grand calme, avec pour seuls bruits de fond, le chuchotement du vent dans les feuilles et les piaillements des oiseaux.

  • L’odorat

Quoi de plus apaisant que les odeurs de la nature pour se régénérer après de longues journées passées en ville.

 

un herbier en plein airLa transmission d’un héritage

Ce parcours guidé a permis aux enfants d’être initiés à l’observation des arbres. Et il n’y avait pas de meilleur lieu que celui-là pour cette découverte : un endroit vaste, magnifique, préservé avec pour accompagnatrice, une personne impliquée et passionnée.

Par ailleurs, le fait d’être organisée par les  grands-parents a donné à cette sortie une saveur particulière. Les enfants n’ont pas eu l’impression d’une sortie studieuse avec un apprentissage formel voulu par les parents. Ils ont plus vécu la journée comme un moment partagé avec leurs grands-parents, soucieux de leur laisser en héritage le goût de la nature.

promenade avec les grands-parents

Cette journée a donc été idéale pour une sensibilisation à la nature un peu structurée. Et je recommande vivement cet endroit pour cette raison. Pour autant, on peut veiller aussi à ne pas négliger les promenades dans la nature en toute spontanéité. Les enfants se construisent par leurs propres découvertes et expérimentation. Nous pouvons également leur donner l’occasion de jouer en plein air sans être guidés par les adultes.

Parc Jean-Jacques Rousseau, http://www.parc-rousseau.fr/

Et chez vous, quelle expérience de la nature votre enfant vit-il ?

Recherches utilisées pour trouver cet article papy bande avec les mamies

8 commentaires

  • Ah le Parc Jean-Jacques Rousseau, j’adore ! J’imagine que tu avais les « rêveries » sous le bras pendant la balade 🙂
    Je suis très content de lire que cette sortie a pu être l’occasion d’une expérience multi-sensorielle. La richesse des milieux naturels me semble propice à resolliciter, plus particulièrement, les sens moins sollicités par le style de vie moderne, comme l’odorat par exemple. Et des sens mieux affutés permettent une expérience de vie plus intense 🙂

    • Dans une main mon appareil photo et dans l'autre Les Rêveries du promeneur solitaire…;)

      "Quand le soir approchait , je descendais des cimes de l'île et j'allais volontiers m'asseoir au bord du lac sur la grève dans quelque asile caché ; là le bruit des vagues et l'agitation de l'eau fixant mes sens et chassant de mon âme toute autre agitation la plongeaient dans une rêverie délicieuse où la nuit me surprenait souvent sans que je m'en fusse aperçu. Le flux et le reflux de cette eau, son bruit continu mais renflé par intervalles frappant sans relâche mon oreille et mes yeux suppléaient aux mouvements internes que la rêverie éteignait en moi et suffisaient pour me faire sentir avec plaisir mon existence, sans prendre la peine de penser."

  • Bonjour Blandine,
    partir en promenade dans la nature avec mes petits-enfants a une saveur particulièrement magique. Mon petit-fils du haut de ses 17 mois adorent cueillir des fleurs, ramasser des feuilles. Quand à sa soeur, son plus grand plaisir est de ne pas avoir à donner la main à un adulte et de gambader en toute liberté.

    • Oui souvent les petits enfants autour des 2 ans, détestent donner la main. Ca fait partie de leur processus normal de détachement de la mère, la période où ils prennent conscience que leur corps et celui de leur maman ne font pas qu’un. Pour vivre cette prise de conscience ils s’opposent systématiquement à tout et, entre autres, refusent de donner la main aux adultes. Quand c’est en ville c’est vraiment embêtant. Alors vive la nature pour traverser sereinement cette période!

  • Bonjour,

    Je trouve l’idée vraiment super d’organiser des sorties de ce genre en famille. C’est inoubliable pour tout le monde. Relier le plaisir et la connaissance 😉 Cela me servira, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *