Ne pas confondre besoins et désirs

 

  • Une des fonctions essentielles des adultes est de pouvoir répondre directement ou indirectement aux besoins exprimés ou non exprimés d’un enfant ou d’un autre adulte. 

 

  • Tout être humain devra apprendre à reconnaître et à mieux différencier le niveau des besoins et celui des désirs. 

 

  • Un positionnement clair et rigoureux consistera à permettre à l’autre de se relier à son désir, en lui donnant en particulier la possibilité:

-soit de le transformer lui-même en projet dans une confrontation avec une réalité de contraintes, de moyens, de ressources et de possibles.

-soit d’y renoncer ou de garder le désir à l’état de désir ou de rêve.

  •  Je peux aider l’autre à se relier à son propre désir et l’inviter à faire lui-même quelque chose pour ce désir, si ce dernier m’apparaît acceptable et non dangereux.

 

  •  Un des pièges à éviter, c’est de transformer tout désir en demande.

 

  •  Il conviendra de différencier les désirs interactifs et dépendants (j’ai besoin de la participation de l’autre pour les réaliser) des désirs intra-actifs et autonomes (qui ne dépendent que de moi).

 

Exemples

Relations parents-enfants

« Oui, j’entends bien que tu voudrais un chien… mais qu’est-ce que tu es prêt à faire, toi, pour ce désir-là? »

« Je trouve ce désir de partir en stop trop risqué, aussi je ne l’encourage pas en toi. »

Relations à l’école

« Oui, j’entends bien votre désir d’aller cette année au Mont ventoux. Je vous invite à passer du désir au projet et à présenter vos idées à vos camarades de classe. »

Extrait du livre Pour ne plus vivre sur la planète TAIRE, Jacques Salomé, Ed. Albin Michel, 1997, 2004, p.177

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *