Parents, comment transmettre nos valeurs ?

Valeurs: petit garçon partageant sa glace avec une petite fille

Je discutais ce matin avec une amie du comportement décevant de mes enfants à la maison et je me demandais au fond « comment transmettre nos valeurs » ? Je lui disais que j’étais peinée de voir mes enfants si peu solidaires, généreux et soucieux de l’entraide à la maison.
C’est vrai que parfois j’ai l’impression d’être à fond pour faire tourner la maison. J’essaye de faire au mieux et être dans les temps pour tout le monde, courses, lessives, repas, planning etc… et personne n’a le reflex de venir m’aider. Il arrive même que mon mari et moi demandions de l’aide aux enfants et que personne ne réponde présent. Il y a aussi des situations où un des enfants a besoin d’être soutenu et les autres ne se préoccupent que d’eux-mêmes.
Dans ces moments-là je me sens découragée, non seulement de ne pas obtenir l’aide dont j’ai besoin mais surtout parce que je me dis « où sont donc les valeurs que je leur ai transmises ? ». Comment leur transmettre, puisque j’ai l’impression d’avoir échoué dans cette tentative ?

La solution m’est parvenue au travers d’une seule question que mon amie m’a posée :

« Comment sont tes enfants à l’extérieur ? »

En effet, il n’y avait rien de plus à ajouter. A l’extérieur mes enfants sont adorables. A l’école, ils sont solidaires, chez les autres ils sont généreux, ailleurs ils sont courageux. « Eh bien voilà, a ajouté mon amie,  LES VALEURS SE VOIENT A L’EXTERIEUR. »

Voilà une excellente révélation qui m’a poussé à ajouter une nouvelle étape dans la problématique des valeurs, que je récapitulerais comme ça :

1ère étape : connaître ses valeurs

Cette étape est très importante pour relativiser ses attentes envers ses enfants. Il s’agit de se demander : qu’est ce qui compte vraiment pour soi ? On a parfois tendance à se focaliser sur des points qui tout compte fait, sont beaucoup moins importants que d’autres. Est-il vraiment nécessaire qu’on dépense de l’énergie sur tout au risque de saper l’ambiance familiale ? La chambre n’est pas rangée ? L’enfant se promène pied nus ? Une mauvaise note ou un mot dans le cahier ? L’enfant n’a pas dit bonjour ?

Qu’est-ce qu’il en restera dans 1 an, dans 5 ans ou dans 10 ans ? Qu’est-ce qu’on souhaite vraiment transmettre au futur adulte qui est en face de nous ?

Voici des préoccupations qu’on a parfois tendance à mettre sur le même plan. Pourtant certaines relèvent de la catégorie des valeurs et d’autres de la simple catégorie des « choses qui nous agacent ». Dans cette liste demandez-vous ce que vous mettez dans la catégorie des valeurs ? Et dans quel ordre d’importance est-ce que vous les classez :

Dire bonjour, consoler un ami, traverser sans regarder, être curieux, partager son goûter, ranger ses affaires, ne pas blesser les autres, ne pas faire du bruit avec ses couverts, être fier de soi, mettre ses chaussons, encourager un copain, rire, être discret, se dépasser, ne jamais désobéir, être parfaitement propre, recommencer après un échec, ne pas finir sa purée, dire la vérité, ne pas courir tout nu pour ne pas s’habiller.

2ème étape : incarner ses valeurs

Incarner ses valeurs est LE moyen de les transmettre. Les phrases, les longs discours et les sermons n’ont aucun poids face à son propre comportement de parent. Si on veut que son enfant soit sincère, il faut être sincère. On veut transmettre la tolérance ? On doit se montrer tolérant. On veut transmettre le courage ? Il faut montrer ses difficultés et sa persévérance. On veut transmettre la joie ? Il faut se réjouir des bons côtés de ses enfants. Il n’y a aucun meilleur moyen pour transmettre une idée que de la vivre soi-même.

 

3ème étape : ne pas chercher à savoir si elles ont été transmises

Il faut maintenant lâcher prise : ne pas se focaliser sur des déceptions à la maison mais continuer à voir tout ce qui va bien. Le modèle que l’on représente fait le travail de fond. Nos enfants intègrent nos valeurs au quotidien en nous observant. Il faut leur faire confiance.

 

4ème étape : si on a besoin de se rassurer se poser simplement la question : « comment sont mes enfants à l’extérieur ? »

Et sourire de satisfaction, ou leur pardonner pour leur écart et leur laisser la liberté de développer eux-mêmes leur propre système de valeur.

 

 

Et vous, quelle est la valeur que vous souhaitez que votre enfant acquiert en vous observant ? Dites-le moi en commentaire.Flèche parents enfants

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *