5 Méthodes pour faire sauter nos blocages

cinq méthodes pour faire sauter les blocages

Cet article participe au carnaval d’articles « Forme Vitalité Bien-être », c’est un groupe de blogueurs qui chaque mois publient un article sur un thème donné. Ce mois-ci, le thème est « Dépasser ses limites », proposé par Amandine du blog La vie de mes rêves qui ouvre le bal avec son article Interview d’Alexy Berthey, ou Comment le sport nous aide à dépasser nos limites 

 

« J’ai peur de ne pas avoir l’instinct maternel », « Je ne peux pas confier mon enfant », « Je n’arrive pas à lui dire non… »,  « Je n’arrive pas à tomber enceinte »

Notre vie de jeune adulte a eu beau se dérouler sans encombre pendant des années d’insouciance,  le fait de devenir parent se trouve tout-à-coup être un révélateur inattendu de nos propres limites.

L’arrivée des enfants nous bouscule dans nos habitudes, nos croyances, nos principes et, alors qu’on pensait que rien ne coinçait auparavant, on se retrouve confronté à des blocages dont on ne sait comment se débarrasser.

Et si on a tant de mal à dépasser nos limites et faire sauter ces blocages, c’est qu’on a souvent tendance à chercher des solutions d’une manière rationnelle et logique. C’est pourtant peine perdue car le blocage ne se situe pas au niveau de notre conscient mais au niveau de notre inconscient.

L’inconscient, la partie cachée de l’iceberg

Le conscient traite 7 à 9 informations par seconde : des informations liées à notre pensée et les informations sensorielles qui nous parviennent de l’extérieur.

L’inconscient dans le même temps traite 2 millions d’informations par seconde. C’est lui qui va gérer les fonctions biologiques : faire battre le cœur, réguler la température du corps, faire fonctionner la respiration, la digestion… Il est constitué notamment de notre mémoire mentale, cellulaire ou émotionnelle et de notre système de croyance. Il va aussi dicter un certain nombre de nos comportements dans notre relation à l’autre.

Pour mieux comprendre où agissent le conscient et l’inconscient, on peut observer le schéma du cerveau selon Paul MacLean

Les 3 cerveaux

Dans les années 1950-60 , MacLean a schématisé le cerveau en 3 parties :

Le cerveau reptilien

C’est le plus ancien et aussi celui des animaux. Il gère toutes les fonctions vitales du corps mais aussi les réflexes qui permettent de garantir notre survie. Il influence donc notre désir de nourriture, de défense, d’attaque, ainsi que notre sexualité. Il nous fait réagir avec impulsivité (la fuite ou l’attaque en cas de situation menaçante). Il apprend par conditionnement. Il n’a aucune notion de temps, pour lui tout est présent.
Il est lié à notre inconscient.

Le cerveau limbique

C’est celui des émotions  et des jugements de valeur ; il est capable de mémoriser des comportements agréables ou désagréables et influence, par conséquent fortement nos comportements. Il dicte ce que nous pensons possible ou impossible de faire dans la vie. Il apprend parfois difficilement, à cause de ses « idées sur la vie » (croyances) et préfère les données simples, métaphoriques. Le cerveau limbique est créatif, c’est-à-dire qu’il peut générer de la nouveauté en synthétisant de l’ancien (souvenirs). Selon les moments et les expériences de la vie, il peut s’allier avec le cerveau reptilien ou avec le troisième cerveau…
Il est lié lui aussi à notre inconscient.

Le néo cortex

C’est la partie du cerveau la plus évoluée, celle de la réflexion, de la logique. Avec ses 2 hémisphères cérébraux, il prend beaucoup de place. Il est à l’origine du langage, de l’imagination. Il peut analyser, faire des comparaisons et a des notions de distance et de temps (passé, présent, futur). Il a des capacités d’apprentissage infinies et évolue sans cesse.
Il est lié à notre conscient.

Cette vision schématique du cerveau nous permet de mieux comprendre notre acharnement à nous focaliser sur le néo-cortex : c’est le cerveau le plus évolué et celui de notre pensée consciente.

Pourtant, il ne fonctionne pas de manière indépendante et possède de nombreuses connexions avec le cerveau reptilien et le cerveau limbique. Ils s’influencent en permanence. Et si le néo-cortex est la partie la plus volumineuse du cerveau ; il n’agit que de façon très limitée dans notre comportement et nos relations.

Dans le cas d’un blocage, on a le sentiment qu’on est incapable de faire quelque chose car c’est notre néo-cortex qui en fait cette déduction après analyse ou constat. Pour faire sauter ce blocage, c’est donc ailleurs qu’on doit intervenir : sur notre cerveau limbique ou reptilien, c’est-à-dire sur l’inconscient.

Comment agir sur l’inconscient ?

Voici cinq méthodes pour agir sur l’inconscient et faire sauter des blocages

1/ L’hypnose

L’hypnose thérapeutique est une technique de soin qui va permettre au patient de rentrer dans un état modifié de conscience.

Cet état se manifeste généralement par une détente profonde du corps, une sorte de léthargie, avec un état de concentration accrue vers des phénomènes internes. La combinaison entre ce relâchement physique et une attention extrême permet une disponibilité des sentiments par rapport à un thème précis concernant la personne hypnotisée.

Pour agir sur les blocages on va pratiquer l’état de dissociation, c’est à dire un état où le comportement n’est plus dirigé par la volonté mais plutôt par l’activité inconsciente. On va chercher par exemple à rendre les émotions face à une situation anciennement source d’angoisses, totalement neutres.

Elle peut être utile par exemple pour traiter des angoisses au sujet de son enfant ou encore sur l’infertilité.

2/ La psychothérapie

La psychothérapie est l’accompagnement par un professionnel d’une personne souffrant d’un problème psychologique (souffrance, détresse psychologique, trouble mental, perturbation comportementale). Elle a pour but de favoriser des changements significatifs chez le patient dans son comportement, ses relations, sa personnalité ou son état de santé.

Elle peut être une aide efficace pour débloquer des situations familiales difficiles générées par exemple par un secret de famille.

3/ La kinésiologie

La kinésiologie est une technique de mieux être qui aide à dissoudre les blocages émotionnels et mentaux grâce à un dialogue corporel à la recherche des solutions les plus adaptées. Le principe est que le corps conserve toutes les informations de son histoire. Ces traces, inscrites dans la mémoire cellulaire, sont accessibles par le biais du mouvement. Le thérapeute pratique sur la personne qui fait appel à lui, des tests musculaires qui vont provoquer tel ou tel mouvement du corps. Le rôle du thérapeute est de traduire ces mouvements en information. En intégrant ces données dans la séance, il aide la personne à traiter la cause des déséquilibres existants ou à atteindre l’objectif fixé.

Elle peut être une aide efficace dans le cas de difficultés à poser des limites à son enfant, de se faire respecter dans ses demandes.

4/ l’acupuncture

L’acupuncture est une pratique qui provient de la médecine chinoise. Elle a pour but de maintenir le corps et l’esprit en bonne santé.

Elle cherche à rétablir l’équilibre entre la structure physique de l’homme, ses émotions et son environnement. Ainsi, elle considère tous les aspects de la vie : la gestion des émotions, les habitudes alimentaires, l’activité physique, le travail, l’hygiène de vie…  Elle va agir sur l’énergie qui circule dans le corps par un réseau de canaux appelés méridiens.

Sur ces derniers sont disposés des points qui ont une fonction thérapeutique. La pratique de l’acupuncture consiste à implanter de très fines aiguilles sur ces points précis dans le but d’équilibrer l’énergie. Afin de maintenir un bon fonctionnement du métabolisme, les méridiens acheminent dans tout l’organisme l’énergie pour alimenter le cerveau, les organes, les os, les nerfs, les glandes et tous les autres systèmes. L’acupuncture réveille les capacités d’auto-guérison du corps.

Elle peut être une aide efficace après l’accouchement ou pour traiter le baby-blues et la dépression post partum.

5/ La méthode ESPERE de Jacques Salomé

Sous forme de stages ou séminaires, la méthode ESPERE de Jacques Salomé invite à utiliser des méthodes spécifiques dans le but d’améliorer sa relation à autrui et à soi-même.

Elle part du principe que dans une relation nous sommes trois : moi, l’autre et notre relation. Ainsi la méthode de la « visualisation externe » notamment, va apprendre au stagiaire à représenter par un objet ce dont il veut parler et va lui permettre de ne pas confondre la personne qui parle avec ce dont elle lui parle.

Une autre des méthodes utilisée est celle des  « démarches symboliques ». Elles ont pour but de dépasser des situations inachevées et des non-dits de notre histoire. La symbolisation s’adresse à l’inconscient de chacun.

Elle peut être une aide efficace pour travailler par exemple sur les colères de parent.

 

Aussi différentes soient-elles, c’est en agissant sur l’inconscient que ces méthodes vont révéler toute leur efficacité. Elles demandent de savoir prendre de la distance avec la vie moderne occidentale et la santé telle qu’elle est pratiquée chez nous. La plupart relèvent de ce qu’on appelle méthodes énergétiques et méritent qu’on s’y intéresse de façon plus approfondie, pourvu qu’elles soient proposées par le praticien dans un objectif bienveillant.

 

Ce sujet vous intéresse? N’hésitez pas à m’en faire part en commentaire si vous voulez que je développe le sujet sur ces cinq méthodes ou sur d’autres dont je n’ai pas parlé.

Recherches utilisées pour trouver cet article blocage pour faire des démarches pour soi, faire sauter les limites

Un commentaire

  • Isa

    Voilà un article très instructif ! Quand j’étais dans la vingtaine, je ne savais pas trop ce que je voulais faire par la suite. Une amie m’avait conseillé la psychothérapie et je dois avouer que cela m’a fait énormément de bien :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *