3 astuces pour rester zen à l’heure de la sortie des classes

Rester zen à la sortie des classes

Il est 16H30 c’est la sortie des classes. Vais-je réussir à rester zen aujourd’hui ? La journée m’a semblé à la fois longue car j’ai abattu une certaine masse de travail mais courte aussi car il me reste tellement à faire pour être à jour ! Et puis je suis encore pleine d’énergie !

Quand je récupère mes enfants, je suis dans mes pensées : il faut que je boucle le dossier « isola-maison » avant demain pour pouvoir le poster à la première heure… rechercher les papiers du notaire, prendre quelques mesures, imprimer des photos, faire la lettre de demande de….

Mamanhhh! C’est bon on est là, on peut rentrer ! – Ah oui… je ne vous avais pas vus.

  • On peut aller acheter des scoubitoupies ? C’est pour jouer dans la cour ?
  • Oh ! J’en ai ras le bol d’Eléonore et Valentine. Je les déteste !
  • Laisse-moi la place, j’étais là avant !
  • Oh la la ! Comme elle s’est énervée la maîtresse aujourd’hui ! Elle nous a donné une punition collective. C’est pas juste, tout ça à cause de ces deux imbéciles !
  • C’était vraiment dégoutant la cantine aujourd’hui, je meurs de faim
  • T’as pris tous les chococrocos ! T’aurais pu m’en laisser !
  • Ben toi l’autre jour t’avais fait pareil ; tu vois bien ce que ça fait !
  • Oh non han hon han hon j’ai pas envie de faire mes devoirs !
  • Oh non han hon han hon j’ai pas envie d’aller me laver !
  • Etc… etc…

Quand on va chercher ses enfants à l’école, on est souvent connecté à d’autres préoccupations que celles des enfants

Voilà, classique… Quand on les récupère après l’école, on est connecté à autre chose que nos enfants, on est plein d’espoir sur l’optimisation de la suite de la journée. Il y a certaines choses qu’on n’est pas prêt à entendre.

Dans ces moments-là, les mots « rester zen » ne font pas partie de mon lexique. Mes paroles partent sur le même ton que celles de mes enfants. Comme des balles de tennis que je leur renvoie scrupuleusement : un ton agressif ? Je leur renvoie de l’agressivité. Un ton impatient, je leur renvoie de l’impatience. Un ton fatigué? contrarié ?

– Tu peux pas te dépêcher ?

– Non il n’en est pas question ?

– Tu crois que je n’ai que ça à faire ?

– Tu as encore oublié ton livre ? Un jour tu oublieras ta tête !

– Taisez-vous !

– Encore ces histoires ? Ecoute, je ne veux pas le savoir !

Cela ressemble à la vie de tous les jours et pourtant ces scènes de vie ne sont pas sans conséquences sur la suite de la journée et plus tard sur l’estime de soi de nos enfants.

En effet, ces paroles ne servent qu’à évacuer notre frustration que tout ne se passe pas comme on l’aurait souhaité. Alors comment faire pour rester zen malgré l’afflux de provocations qui nous tombe dessus tout-à-coup ?

Voici 3 astuces pour garder son calme à la sortie des classes

 

1/ Souhaiter ce qui arrive :

Une des meilleures façons de ne pas réagir de façon excessive est de souhaiter ou tout du moins de s’attendre à être envahi d’un trop-plein d’énergie et d’émotions.

Les enfants rentrent de l’école avec beaucoup d’émotions, de sentiments et d’énergie contenus tout au long de la journée. La sortie d’école doit aussi être l’évacuation de tout ça et ça fait du bruit ! Il faut l’accepter.

S’ils ont beaucoup de choses à dire, tant mieux. Plus ils s’exprimeront, mieux ils se sentiront.

Les mamans sont un peu comme des éponges qui doivent accueillir les sentiments de la journée. Si on accepte ça, les plaintes et les cris sont beaucoup plus faciles à supporter. Et pour être sûre de les accepter, on peut se dire que ce qui arrive, c’est ce que l’on souhaite. Ca ne veut pas dire anticiper des évènements désagréables mais simplement accueillir le moment présent avec nos enfants avec gratitude, aussi chargé d’énergie et d’émotions qu’il soit.

2/ Reconnaître les sentiments de l’enfant

Par reconnaître j’entends reformuler, verbaliser. Les enfants n’attendent pas d’avoir notre avis ou nos solutions à leurs problèmes, ils ont besoin d’être entendus.

Aussi la meilleure réponse à apporter à

« Oh ! J’en ai ras le bol d’Eléonore et Valentine. Je les déteste ! »

N’est pas :

« Encore ces histoires de filles. Je t’ai déjà dit que je ne voulais plus en entendre parler. »

Mais au contraire :

« Tu sembles bien en colère contre tes amies aujourd’hui. »

L’enfant peut pleinement intégrer qu’il est en colère et qu’il en a le droit. Il entend que la personne face à lui en a conscience. Cela le poussera à en dire un peu, à évacuer ses sentiments négatifs et il finira de lui-même à passer à autre chose et vous permettre de rester zen. 

3/ Eviter de se plaindre sur ce qui arrive mais se focaliser sur la prochaine fois.

 » Tu as oublié ton livre. Pour ce soir je te propose que nous appelions la maman de Jade qui va nous dicter l’exercice.

Mais je voudrais que tu réfléchisses à un moyen pour que cela ne se reproduise pas. Qu’est-ce que tu pourrais faire pour que ça n’arrive plus ? Est-ce que tu veux accrocher un ruban à ton cartable pour te souvenir de contrôler que tu as pris tous les livres qu’il te faut ? Est-ce que tu veux coller un post-it sur ton répertoire ? Comment pourrais-tu faire pour t’aider ?

Et si cela se reproduit, ce sera toi qui appelleras pour qu’on te dicte l’exercice. Est-ce d’accord ? »

Ces 3 petites astuces pour l’heure de la sortie des classes auront de grands effets pour le reste de la journée.

Pour résumer :

  • Souhaiter ce qui arrive ; être prêt à entendre ce que nos enfants ont à dire de leurs sentiments. Ne pas hésiter à leur consacrer une demi-heure exclusive sans rien faire d’autre.
  • Formuler les sentiments que l’on perçoit chez nos enfants
  • Focaliser sur « la prochaine fois, comment pourrait-on faire… » dans le cas d’un comportement non souhaité.

Et vous, avez-vous d’autres astuces pour rester zen à la sortie des classes ?

4 commentaires

  • Pingback: Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

  • Pingback: Remédier aux douces violences en petite enfance

  • MADOU

    Oui !
    Moi j’ai une petite anecdote dont j’aime me souvenir :
    C’était il y a quelques années maintenant (il y à 4 ans).
    Ma fille était en 1ére section de maternelle.
    Comme tous les jours, je viens la chercher à la sortie des classes et nous rentrons à pied (il y a à peu près 800 m. à faire). Ce jour là il fait chaud, c’est le début de l’été.
    Nous marchons un peu, ma fille n’est pas de très bonne humeur, elle est visiblement fatiguée.
    Au bout de quelques mètres, elle me demande :
    « maman, j’ai soif, tu peux me donner de l’eau »
    Je réponds:
    « Ah ma chérie…je n’ai pas d’eau, mais dés que nous rentrons à la maison tu pourras boire »
    Ma fille n’en pouvant plus s’affale par terre et dit :
    « Non je veux de l’eau tout de suite!!!… »
    Et un dialogue s’installe (je commence par lui répondre) :
    – Il fait chaud aujourd’hui, je comprends que tu aies soif, allez lève toi.
    – Nannnn… j’ai trop soif…
    -Dis moi?…arrivée à la maison, tu voudras que je te prépare un grand verre d’eau ou un petit verre d’eau ?
    – Un grand verre !!
    – d’accord, tu voudras le verre rose ? le bleu ? le vert ?
    voila ma fille qui se relève toute seule et le dialogue continu.
    – Le rose !
    Ma fille se met à marcher.
    – Ok, tu voudras le boire avec une paille ou sans paille ?
    – Avec une paille !!
    – Ok, Tu voudras qu’on s’installe dehors, ou au frais dans la maison ?
    – Dans la maison !
    – Tu préfèrerais de l’eau qui pique, ou de l’eau qui pique pas ?
    Voilà maintenant ma fille marchant avec un grand sourire, c’est elle qui continue le dialogue
    – De l’eau qui pique pas !! Maman, tu te souviens quand Elise et Julien m’ont donné de l’eau qui pique pour me faire une blague et que j’avais recraché…?
    Nous étions arrivées à la maison et le chemin avait été paisible. Je dois dire que ce jour là j’étais moi même paisible et prête à comprendre. Cela ne m’arrive pas toujours, mais quand cela se passe comme ça c’est un vrai bonheur.

    • Blandine Gatel

      Merci pour ce joli témoignage! Quelle preuve de zénitude et de sang-froid. J’espère que votre exemple inspirera nos lecteurs. En tous cas, moi il m’inspire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *